Blogue
Des solutions pour contrer les problèmes de boiterie chez les troupeaux en traite robotisée

John A. Metcalf, Ph. D., Directeur des projets ruminants, Trouw Nutrition Canada

La boiterie est reconnue comme étant l’un des plus grands problèmes de santé sur les fermes laitières. En effet, les problèmes de boiterie font diminuer la production de lait et augmenter les taux de réforme. Une étude publiée dans le Journal of Dairy Science en 2017, a démontré que les coûts liés à la boiterie variaient entre 235 $ et 423 $ par vache.

Dans les troupeaux en traite robotisée, il est encore plus important de surveiller les problèmes de boiterie, car les vaches qui souffrent de boiterie ont plus de difficultés à se rendre au robot pour se faire traire que les vaches en santé et il faudra les y pousser. Le maintien de la santé des onglons réduit les problèmes de boiterie et représente un facteur important de rentabilité pour toute ferme laitière, mais avec les systèmes de traite robotisés il devient encore plus important de réduire le travail causé par les vaches à pousser.

Il est donc important d’assurer la santé des onglons pour éviter les problèmes de boiterie. La corne des onglons contient de la biotine (vitamine B), qui est utilisée dans la production de kératine (protéine) et de substances liantes intracellulaires. La biotine lie les lamelles de kératine de la corne des onglons. C’est pourquoi de la biotine est souvent ajoutée aux rations des vaches laitières lorsqu’elles ont des problèmes de boiterie. La biotine est coûteuse, mais généralement considérée comme bénéfique lorsqu’offerte en supplémentation à un taux de 10 ou 20 mg/vache/jour. Cependant, lorsque la biotine est ajoutée de cette façon, elle est dégradée par les microbes du rumen. Donc, environ 45 % de la biotine est perdue avant qu’elle ne soit absorbée (et utilisée pour la formation de corne).

C’est pourquoi Selko Vivalto contient de la biotine dans son mélange de vitamine B à un taux calculé pour remplacer la biotine non enrobée de la ration. En enlevant la biotine de la ration, on couvre les frais du Vivalto : cela permet de tirer un meilleur bénéfice économique de la supplémentation en vitamine B. Lors d’essais contrôlés, on a démontré que des suppléments de vitamine B enrobés dans une matrice lipidique pouvaient remplacer efficacement 10 mg de biotine et augmenter la production de lait.

En plus des avantages pour la santé des onglons, plusieurs essais comparatifs ont démontré que Vivalto augmentait le rendement en lait. Le rendement du capital investi (RCI) variait de 15:1 à 20:1. Les données Trouw Nutrition de 2020, de la marge sur coût d’alimentation (MSCA) de 649 fermes ontariennes, ont démontré que les 186 fermes qui utilisaient Vivalto avaient obtenu une MSCA plus élevée et un RCI de 17:1.

Si votre troupeau fait face à des problèmes de boiterie ou si Vivalto peut répondre à vos objectifs, contactez votre conseiller en nutrition laitière ou contactez-nous.

*Les références sont disponibles sur demande.