Blogue
L’alimentation de précision sur les fermes équipées de robots de traite

Dr. Greg Penner, Ph. D., Département des sciences animales et de la volaille, Université de la Saskatchewan

L’alimentation de précision pour les vaches laitières est un concept souvent abordé lors de l’installation d’un système de traite robotisée. Elle se base sur la connaissance des besoins en éléments nutritifs de chaque vache et sur l’offre d’une ration particulière qui comble ses besoins en fonction de la quantité consommée. Les différentes approches de l’alimentation de précision suscitent énormément d’intérêt en ce qui concerne les systèmes de traite robotisée RPM puisqu’ils permettent d’offrir différentes quantités de concentrés et, dans certains cas, différents types de concentrés.

Avant de parler de l’utilisation de l’alimentation de précision pour les troupeaux en traite robotisée, voyons si la théorie de l’alimentation de précision peut améliorer la production.

Très peu d’études ont traité spécifiquement de l’alimentation de précision. Une étude effectuée par l’Université de la Floride* a analysé si l’alimentation de précision pouvait réduire le bilan énergétique négatif au début de la lactation et limiter la suralimentation en fin de lactation. Les chercheurs ont mesuré la consommation volontaire de matière sèche (CVMS) quotidiennement, le rendement en lait et la composition du lait à chaque traite, le poids corporel à chaque traite et l’état de chair pour évaluer le bilan énergétique pour chaque semaine. Les vaches du groupe témoin ont reçu une ration totale mélangée (RTM) équilibrée pour 23 kg de CVMS pour une vache avec un poids corporel de 650 kg et pour une production de lait de 41,5 kg/j, un rendement en gras de 1,45 kg/j et un rendement en protéines vraies de 1,25 kg/j. La ration des vaches, nourries avec une alimentation de précision, a été ajustée de façon hebdomadaire pour s’assurer de leur offrir une plus grande quantité d’énergie et de protéine que la quantité nécessaire pour l’entretien, la lactation et la gestation. En résumé, les auteurs ont trouvé que la CVMS n’était pas différente. La moyenne était de 23,9 et de 24,6 kg/j, mais les rendements en lait étaient de 3,3 kg de plus pour les vaches nourries avec une alimentation de précision (45,2 kg/j) comparativement au groupe témoin (RTM fixe). Le contenu en matière grasse du lait (1,51 vs 1,40 kg/j), en protéines vraies (1,33 vs 1,23 kg/j) et en lactose (2,15 vs 1,99 kg/j) était supérieur chez les vaches nourries avec une alimentation de précision. En plus des effets sur le rendement, les vaches nourries avec une alimentation de précision ont atteint un équilibre énergétique positif plus rapidement que les vaches du groupe témoin. On a aussi observé une plus grande efficience alimentaire chez ces vaches et elles avaient un gain de poids plus faible à la fin de lactation. Cette étude a clairement démontré que bien que cette méthode soit techniquement difficile à exécuter, le concept d’alimentation de précision peut être avantageux du point de vue de l’efficacité de production.

Pouvons-nous imposer l’utilisation d’un système d’alimentation de précision chez les fermes équipées d’un robot de traite?

L’alimentation de précision exige la collecte de données, un réajustement de la ration et une évaluation constante des données. Certains systèmes robotisés peuvent mesurer le poids corporel, l’état de chair, la production de lait et la composition du lait et peuvent ainsi être utilisés pour calculer les besoins en éléments nutritifs de la vache. Cependant, l’alimentation de précision exige aussi une connaissance de la consommation d’aliments et de la composition de cette ration. Malheureusement, les systèmes de traite robotisée ne sont actuellement pas capables de mesurer la consommation de concentrés au robot : ils ne font que donner la quantité servie. De plus, il est difficile de mesurer la consommation de ration partiellement mélangée (RPM) dans les mangeoires traditionnelles. Ceci signifie que bien que nous soyons en mesure de calculer les besoins en éléments nutritifs, nous avons beaucoup plus de difficulté à prédire les apports en éléments nutritifs dans des conditions commerciales. Nous pouvons alors nous poser la question suivante : pouvons-nous offrir, en partie, une alimentation de précision en modifiant la stratégie alimentaire des concentrés de façon à augmenter l’apport énergétique?

Des études effectuées aux universités de la Saskatchewan, de Guelph et d’Aarhus au Danemark ont démontré qu’une augmentation de la quantité offerte de concentré dans le robot de traite augmentait la variabilité quotidienne de la quantité offerte et de la quantité consommée. Ces études ont aussi démontré que l’augmentation de la quantité offerte de concentré ne peut augmenter que légèrement l’apport énergétique ou ne pas l’augmenter du tout. De plus, en diminuant la quantité de concentré offert par le robot, on peut réduire l’apport énergétique à un taux supérieur à celui ciblé. Une diminution trop rapide de la quantité de concentré sans une augmentation de la consommation de la RPM pourrait mener plus rapidement au tarissement des vaches.

En plus d’une plus grande variabilité causée par de grandes quantités de concentré offertes au robot, le changement de quantité de concentré fait aussi en sorte que les vaches modifient leur consommation de RPM. Malheureusement, dans la plupart des cas, la diminution de la consommation de ration partiellement mélangée est plus grande que l’augmentation équivalente de consommation de concentré, ce qui fait en sorte qu’il n’y a aucune variation nette en apport énergétique. Ce peu d’augmentation en apport énergétique explique probablement pourquoi plusieurs études ne voient pas d’amélioration dans le rendement en lait ou dans les composantes du lait lorsque plus de concentré est offert au robot. Cette substitution de la RPM par des concentrés au robot, associée à une augmentation de la variabilité au fur et à mesure que la quantité de concentré offerte par le robot augmente, diminue probablement la possibilité d’appliquer le principe de l’alimentation de précision avec les technologies actuelles, puisqu’il n’existe aucune méthode pour prédire le changement de la consommation de RPM.

En conclusion, il semble que l’utilisation des stratégies de l’alimentation de précision ne soit pas aussi facile que de simplement ajuster les quantités de concentré offertes au robot.

Des études contrôlées ont clairement démontré que la modification de la quantité de concentré offerte au robot augmente la variabilité quotidienne en fonction de la consommation de ce concentré, cause des changements imprévisibles en ce qui concerne la consommation de RPM et, dans plusieurs cas, n’augmente pas l’apport en énergie.

Bien que l’alimentation de précision soit avantageuse du point de vue de l’efficacité de production, des améliorations doivent être apportées avant qu’elle puisse être utilisée à la ferme.

Littérature citée

1. Maltz E, Barbosa LF, Bueno P, Scagion L, Kaniyamattam K, Greco LF, De Vries A, Santos JEP. Effect of feeding according to energy balance on performance, nutrient excretion, and feeding behavior of early lactation dairy cows. J Dairy Sci. 2013;96:5249–66.

2. Hare K, DeVries TJ, Schwartkopf-Genswein KS, Penner GB. Does the location of concentrate provision affect voluntary visits, and milk and milk component yield for cows in an automated milking system? Can J Anim Sci. 2018;98:399–404.

3. Menajovsky SB, Walpole CE, DeVries TJ, Schwartzkopf-Genswein KS, Walpole ME, Penner GB. The effect of the forage-to-concentrate ratio of the partial mixed ration and the quantity of concentrate in an automatic milking system for lactating Holstein cows. J Dairy Sci. 2018;101:9941–53.

4. Paddick KS, DeVries TJ, Schwartzkopf-Genswein K, Steele MA, Walpole ME, Penner GB. Effect of the amount of concentrate offered in an automated milking system on dry matter intake, milk yield, milk composition, ruminal digestion, and behavior of primiparous Holstein cows fed isocaloric diets [Internet]. Journal of Dairy Science Elsevier Inc.; Mar 1, 2019 p. 2173–87. Available from: https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0022030219300943

5. Schwanke AJ, Dancy KM, Didry T, Penner GB, DeVries TJ. Effects of concentrate location on the behavior and production of dairy cows milked in a free-traffic automated milking system. J Dairy Sci [Internet]. American Dairy Science Association; 2019 [cited 2019 Sep 2];102:9827–41. Available from: https://doi.org/10.3168/jds.2019-16756

6. Henriksen JCS, Weisbjerg MR, Løvendahl P, Kristensen T, Munksgaard L. Effects of an individual cow concentrate strategy on production and behavior. J Dairy Sci. Elsevier Inc.; 2019;102:2155–72.

7. Henriksen JCS, Munksgaard L, Weisbjerg MR. Short-term responses in production and behavior during periods of change in concentrate allowance for dairy cows. J Dairy Sci. 2018;101:7942–53.

8. Penner G, Haisan J, Paddick K, DeVries T. Feeding management for cows in automated milking systems: What we know and what we still need to learn. WCDS Advances in Dairy Technology. 2019. p. 125–40.

9. Bach A, Iglesias C, Calsamiglia S, Devantf M. Effect of amount of concentrate offered in automatic milking systems on milking frequency, feeding behavior, and milk production of dairy cattle consuming high amounts of corn silage. J Dairy Sci. 2007;90:5049–55.